Comment voyager et travailler à l’étranger ?

Voyager vous attire et vous souhaiteriez partir pour une longue période afin de travailler et découvrir un pays en même temps ? Plus que pour de simples vacances, cette expérience inoubliable doit être préparée avec soin.

Il est notamment nécessaire d’accomplir des formalités en amont du départ afin d’être en règles auprès des autorités locales et que tout se déroule dans les meilleures conditions. On vous explique tout cela en détails.

L’EIC au Canada : exemple d’une solution adaptée à tous les jeunes

Le Canada attire beaucoup les jeunes issus de tous les pays et c’est pourquoi nous l’avons sélectionné comme exemple. Face à de nombreuses demandes, les autorités canadiennes ont créé l’Experience Internationale Canada (la fameuse EIC). Il s’agit d’un dispositif qui s’adresse à un public particulier et qui offre la possibilité de séjourner entre un et deux ans au Canada selon ce que vous souhaitez y faire.

Contrairement à un simple voyage touristique qui requiert un visa dont les conditions d’attribution sont assez souples, y rester plusieurs mois afin de travailler en même temps demande des autorisations différentes.

Différents critères doivent être remplis :

  • Faire parti d’un pays avec lequel le Canada a signé une convention (bonne nouvelle, la France est dans la liste et fait même partie des pays qui offrent les critères les plus larges).
  • Avoir entre 18 et 35 ans pour les demandeurs français.
  • Avoir suffisamment d’argent pour vivre au Canada, même si vous y allez aussi pour travailler. Le montant minimum est fixé à 2500 dollars canadiens. En fait, cette somme permet de rassurer quant à votre possibilité d’acheter un billet retour afin de quitter le pays à l’issue de la période d’EIC.
  • Pouvoir justifier d’une couverture santé satisfaisante et adaptée à votre voyage. Ne négligez pas ce point car les dépenses de santé peuvent vite exploser si vous n’avez pas choisi une formule adaptée.
L'EIC est un moyen simplifié de travailler au Canada

Si vous remplissez ces conditions, vous devrez ensuite choisir parmi trois programmes mis en place et que l’on appelle les bassins :

Tout d’abord, le célèbre Permis Vacances-Travail (PVT) qui offre la possibilité de séjourner au Canada durant deux ans. Son principal avantage, c’est que vous pourrez changer d’employeur comme bon vous semble une fois là bas. C’est idéal pour voyager à travers tout le pays et découvrir un maximum de choses.

Ensuite, vous pouvez opter pour le Permis Jeunes Professionnels. Il impose de travailler pour un seul et unique employeur qui aura été trouvé avant le départ. Il s’adresse donc à des personnes qui souhaitent profiter d’une expérience enrichissante dans leur domaine d’activité professionnel (contrairement au PVT qui sera plus tourné vers des « petits boulots »). En contrepartie, la préparation du voyage peut s’avérer plus longue.

Enfin, il existe le Stage Coop International. C’est un programme qui s’adresse à des personnes qui ont une inscription en cours de validité dans un établissement d’enseignement supérieur. Comme son nom l’indique, c’est avant tout un stage en lien avec les études effectuées.

Il n’est pas toujours évident de comprendre le fonctionnement de ce programme. De nombreux sites offrent des explications détaillées sur l’EIC Canada et n’hésitez pas à les consulter pour en apprendre davantage. Cela vous permettra de tout connaître de la procédure d’obtention de ce précieux visa.

Quels sont les avantages ou inconvénients d’un tel système ?

Une expérience internationale comme celle-ci est un réel atout sur un CV et facilitera par la suite vos démarches pour trouver un nouveau travail en France. C’est également un moyen d’enrichir sa culture personnelle et son ouverture aux autres.

Les employeurs apprécient les candidats qui voyagent, encore plus quand ils ont également mis à profit leurs compétences pour travailler à l’étranger.

Toujours en se basant sur l’exemple du Canada : si votre profil correspond aux différents critères énoncés, vous pouvez déposer des dossiers dans plusieurs bassins, ce qui augmentera vos chances de partir. Surtout, le processus est plus simple que pour un permis de travail classique.

Les avantages et inconvénients de l'EIC au Canada

Toutefois, tout repose sur un système d’invitations. Elles sont envoyées régulièrement après un tirage au sort des candidats inscrits. Comme souvent, il y a une petite part de chance car les places sont limitées. Il ne faut donc pas hésiter à retenter sa chance l’année suivante.

Au Canada, seul le bassin PVT n’impose pas de trouver un travail avant le départ, il n’est donc pas prioritaire sur les deux autres programmes concernant l’ordre d’envoie des invitations. Si vous en avez la possibilité, inscrivez-vous en priorité dans le bassin de stage ou dédié aux jeunes professionnels.

De nombreux autres pays proposent des systèmes attractifs pour permettre à un maximum de personnes de venir y séjourner et travailler durant une période plus ou moins longue. Peu importe le pays que vous choisissez, il y a forcément des conditions à remplir. Il est donc important de se renseigner dessus avant de déposer une candidature, tout simplement pour s’assurer d’obtenir une autorisation et éviter les déceptions.

Catégories Blog

Laisser un commentaire